Authentifiez votre bouteille

Château Langoa & Leoville Barton

Grands crus classés en 1855 - Saint Julien

FR | EN

Vignes

L'aboutissement : les vins des châteaux

Langoa & Léoville Barton

Grands Crus Classés Saint-Julien en 1855


Le Classement de 1855

Lors du classement de 1855, Léoville Barton, 2e grand cru et Langoa Barton, 3e grand cru, classés Saint-Julien, étaient déjà la propriété de la famille Barton. Ils partagent à ce jour, avec seulement Mouton-Rothschild, le privilège d’une aussi longue continuité familiale.

Etabli en vue d’une présentation des vins de Bordeaux, dans le cadre de l’Exposition Universelle de Paris, à la demande de l’Empereur Napoléon III. La rédaction du classement fût confiée par la Chambre de Commerce de Bordeaux au “Syndicat des Courtiers”, car c’était eux qui avaient la vue la plus complète sur le commerce du vin. La mission était d’officialiser une classification basée sur l’expérience de longues années et qui correspondait à la reconnaissance de la qualité du Terroir et à la notoriété de chaque cru.

Publié le 18 avril 1855, le Classement fut donc le point d’aboutissement d’une réalité de marché et d’une évolution existante depuis plus d’un siècle. Près de 160 ans plus tard, le “Classement de 1855” fait encore autorité dans le monde des passionnés de vin.


L'encépagement

Les 50 hectares de Léoville et les 17 hectares de Langoa plantés dans un sol de graves sur un sous-sol composé d’argile incluent une forte proportion de vieilles vignes de manière à obtenir la meilleure qualité possible. La répartition des cépages est de 74% de Cabernet Sauvignon, 23% de Merlot et 3% de Cabernet Franc pour Léoville Barton, alors que le terroir de Langoa Barton est réparti entre 57% de Cabernet Sauvignon, 34% de Merlot et 9% de Cabernet Franc. Les deux propriétés bénéficient des mêmes méthodes de vinification.

Les vendanges

Les vins sont caractéristiques de l’appellation Saint-Julien, bien équilibrés, dotés de bouquets et d’arômes subtils. Leurs qualités s’expriment plus par leur élégance délicate que par leur puissance ou leur concentration. Ce résultat est obtenu grâce à des vendanges effectuées à maturité optimale, permettant de procéder à une fermentation dont le degré est maintenu entre 29 et 30 °C. Pour éviter une concentration excessive, les jus sont séparés des peaux au moment idéal, les vins ont une belle robe de couleur profonde, une excellente structure et des tannins suffisants pour assurer un bon potentiel de vieillissement.




Histoire de famille - Anthony Barton - Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Fusce consectetur lacus a sapien auctor eu facilisis.
Histoire des vins - La dégustation
Histoire du château - François Bréhant